LES DIFFERENTS SENS DU MOT TRADUIRE

 

Les différents sens de traduire

De manière générale, le mot « traduire » signifie simplement représenter quelque chose, une expression ou encore une personne d’une manière autre.

De ce fait, le fait de traduire peut toucher à la fois une attitude, une chose, une personne ou encore un écrit. Le mot « traduire » s’inscrit donc dans un registre riche dans plusieurs sens. Il couvre à lui seul une bonne variété de définitions comme on peut déjà le remarquer.

Différents sens du verbe

Le plus souvent, le mot « traduire » est casé dans la littérature française. En d’autres termes, on voit plus le fait de traduire dans le sens des langues. Pourtant on ne devrait pas. Les sens du verbe « traduire » sont nombreux et ont une implication comme suite.

  • Tout d’abord, le verbe « traduire » s’implique comme moyen de faire passer d’une langue dans une autre. Ceci en tendant à l’équivalence de sens et de valeur des deux énoncés. Par exemple, vous pouvez faire passer un texte français en anglais tout en gardant le bon sens des deux énoncés.  
  • Ensuite, le verbe « traduire » a une implication dans le domaine de la justice. Dans ce sens, on parle de « citer » ou encore « déférer ». Il s’agit effectivement de traduire quelqu’un (une personne) devant un tribunal, un juge ou encore en justice. La bonne expression compréhensible par tous est de poursuivre un individu en justice.
  • En outre, il est aussi possible de voir le verbe « traduire » comme le verbe « transférer » toujours dans le cadre de la justice. En effet, il est question de changer de prison à un détenu ou de faire entrer ce dernier dans une nouvelle prison.
  • Enfin, d’un point de vue extensif, le verbe « traduire » se voit comme « expliquer » ou « interpréter » ou « exprimer ». Si on vous demande par exemple de traduire votre pensée de façon plus claire et concise. Il vous arrive parfois de traduire votre mécontentement par des propos déplacés. Le sens de ce verbe touche beaucoup plus l’expression et l’attitude.

 

Traduire dans différents domaines

 

Traduire dans le droit

Politiquement parlant, le droit est vu comme l’ensemble des règles qui régissent la conduite des Hommes en société. En d’autres termes, il existe des règles imposées dans chaque société pour la bonne tenue des populations. Lesdites règles étant associées à des sanctions en cas de non-respect.

C’est la raison pour laquelle « traduire » dans le droit revient à poursuivre une personne en justice. Une personne ayant commis une erreur. Une personne qui ne respecte pas le code disciplinaire établi pour règlementer la société. Il s’agit donc de porter plainte contre quelqu’un ou encore de le faire passer devant un tribunal.

En effet, le but principal de la traduction dans le droit est de rendre justice. On a pour habitude de dire que chacun doit répondre de ses actes.

Enfin, il est clair que le verbe « traduire » dans le droit met en relief un arbitre qui joue le rôle de sanctionner un traduit en justice. Cet arbitre n’est d’autre que le juge du tribunal.

Traduire en informatique

Dans un sens large, la science informatique s’explique comme la théorie et le traitement de l’information à l’aide des programmes mis en œuvre sur ordinateurs. Toute science a une langue. L’informatique est dotée d’un langage binaire qui ne connaît que le 0 et 1.

Grâce à ce langage, on a la création des applications et logiciels tous les jours. Parler de traduction dans le domaine informatique revient à :

  • Interpréter les documents de technologie de l’information et de la communication
  • Expliquer les cahiers de charges
  • Traduire les applications (téléphonie mobile, accès internet, visioconférence, géolocalisation, solution de voix sur IP, réseau, Android/iPhone…)

Il est donc question de savoir ce que représente ce que pense un individu d’un point de vue binaire. Par exemple, vous pouvez avoir besoin d’une application pouvant faire de la vente en ligne sans connaitre comment matérialiser cela. « Traduire » en informatique signifie mettre sur pied cette idée littéraire.

D’autres parts, un particulier peut mal expliquer ce qu’il pense. C’est à l’informatique d’avoir une bonne traduction dans le montage du cahier des charges. Ceci dans le but de ressortir les points d’ombres et les améliorations possibles à faire.

En ces termes, on voit donc la traduction en informatique comme une manière d’implémenter des idées, une manière de réécrire les pensées d’autrui ou encore une manière de traduire en binaire ce qui est dit en langue ordinaire comme le français.

Histoire du mot

Le verbe « traduire » vient du verbe latin « traducere » qui signifie : faire passer. Couramment, on parle de de faire passer un texte d’une langue à une autre. Ce verbe apparaît pour la première fois en français en 1539 et le nom traduction en 1540. 

En réalité, l’activité de traduction est très ancienne. La première preuve de traduction était au 3ème millénaire avant J-C sur la tombe des princes d’Eléphantine en Egypte. Il est question du premier témoignage écrit.

En effet, ces princes avaient le statut officiel de « chefs interprètes ». Pour dire vrai, c’est avec l’activité orale d’interprétation dans les relations politiques et économiques que la traduction est née à l’origine.

En outre, la pierre de Rosette compte parmi les traductions les plus célèbres de l’antiquité. Elle a été découverte en 1799 et se trouve aujourd’hui au British Museum. On ressort deux langues inscrites sur cette pierre : le grec et l’égyptien.

Par ailleurs, l’époque romaine a été matérialisée par de multitudes traductions diversifiées. Ce qui a laissé passer une réflexion théorique.

Alors, le mot « traduire » ne date pas d’aujourd’hui et a fait l’objet d’une croissance aussi bien dans le domaine littéraire que dans le domaine technique (implémentation des solutions).

 

Traduire, une action nécessaire pour la compréhension d’une langue

 

Anglais, langue la plus traduite en France

L’Anglais est la langue officielle de 53 pays dans le monde. Cette langue est considérée comme langue maternelle par plus de 370 millions de personnes dans le monde. Environ 1,5 milliard de personnes considèrent l’anglais comme langue étrangère.

Il s’agit tout simplement de l’une des langues les plus utilisées au monde. On ne peut parler d’usage de la langue sans parler de traduction. Le verbe « traduire » prend donc un sens plus approfondi dans les pays ne parlant pas anglais officiellement. Il est question des pays comme la France.

On considère l’anglais comme la langue la plus traduite. Les statistiques montrent qu’il s’agit de la langue des affaires en France comme dans la plupart des autres pays.

En effet, l’anglais est la langue du business, la langue des grandes technologies, la langue du futur. Tout ce qui est high-tech touche l’anglais. Les grandes puissances du monde font usage de la langue anglaise que ce soit en langue officielle ou en seconde langue.

Comme l’anglais est une langue d’innovation, il est tout à fait normal que les entrées de la France soient écrites en Anglais. Ces entrées peuvent être de nature écrite ou sous forme de vidéos (c’est le cas des conférences de presse étrangère qui se font sur le territoire Français et qui nécessitent la plupart du temps une traduction en langue française.

, le volume d’échange étant trop élevé en langue anglaise, les moyens de traduction sont mis sur pied pour faciliter la communication entre tous. C’est la raison pour laquelle on considère l’anglais comme la langue la plus traduite en France jusqu’à nos jours.

Traduire, action principal du traducteur

En général, le verbe « traduire » est une action concrète émise par un traducteur. D’un point de vue classique, le traducteur est celui qui fait le lien entre les personnes qui ne lisent pas la même langue.  C’est la raison pour laquelle on parle d’un métier très exigeant. Faciliter la compréhension entre deux ou plusieurs personnes n’est pas chose facile. Cela nécessite donc un bon professionnalisme accompagné d’une bonne stratégie.

De très bonnes compétences en langues étrangères sont évidemment indispensables pour ce métier, mais il faut aussi avoir une réelle capacité rédactionnelle et une parfaite maîtrise de sa langue maternelle afin de restituer le plus fidèlement possible toutes les nuances et subtilités du texte. Bien que l’anglais soit dominant dans les domaines de traduction, il existe aussi des langues en parfaites croissances comme le chinois, le russe ou encore l’arabe. La combinaison de la langue et de la profession est bien sûr un plus.

Par ailleurs, il existe plusieurs types de traducteurs en fonction du domaine dans lequel il travaille.

Différents moyens de traduction (en ligne, dictionnaire, employé traducteur…)

Le fait de traduire peut souligner les travaux de recherche ou encore l’emploi. Ce dernier pouvant être fait en ligne comme en présentiel. On parle ainsi des différents moyens de traduction.

Comme il a été dit plus haut, on remarque dans l’ensemble un bon nombre de traducteurs travaillant dans tous les domaines possibles. Alors, on peut noter :

  • Le traducteur littéraire travaillant pour l’édition. Il signe des contrats pour traduire des ouvrages destinés à être publiés. On se dit qu’il s’agit juste de traducteur de romans le plus souvent sans tenir compte de leur capacité de travailler dans des usuels, des guides pratiques, des livres de cuisine et autres. Il ne faut pas aussi oublier de marquer sa présence possible dans la presse.
  • Le traducteur technique qui a la maitrise d’un domaine en particulier. Il se doit donc de maitriser le vocabulaire de ce secteur de manière ponctuelle. Comme secteur, on peut citer le droit, la médecine, l’électronique, le multimédia, les télécommunications et autres. La plupart de ces traducteurs ont un double cursus : une formation dans un domaine spécifiquement technique et une autre dans la traduction.
  • Le terminologue qui trouve les équivalents français des termes étrangers pour faire des propositions.
  • Le traducteur du secteur audiovisuel qui est un spécialiste du sous-titrage et du doublage de films pour le cinéma ou la télévision. Il est aussi capable de préparer les émissions de radio.
  • Le traducteur expert judiciaire qui joue le plus souvent le rôle d’interprète lors d’une audience ou d’une instruction. C’est également celui qui traduit les documents à produire en justice et qui effectue des missions d’expertise en parallèle.
  • Le traducteur localisateur qui est figé sur les domaines du web, du multimédia ou de l’informatique. Il a pour rôle d’adapter des interfaces à des utilisateurs d’autres pays ou d’une autre culture.
  • Le traducteur post-éditeur qui corrige et révise les textes traduits automatiquement par les logiciels de traduction.
  • Le traducteur réviseur qui fait des améliorations sur le style d’un texte traduit. Il travaille en fonction du texte original.

On peut constater qu’il existe plusieurs moyens de traduction en fonction des domaines dans lesquels on se trouve.

Outre cela, on peut faire intervenir des dictionnaires pour faire des traductions mot par mot. Cela dit, il suffit de se procurer un dictionnaire qui traduit dans la langue qu’on désire.

D’autre part, on ne peut parler de technologie dans la traduction sans tenir compte d’internet. Il existe plusieurs moyens de traduction en ligne de nos jours. Même avec des données mobiles on peut faire autant de traduction qu’on veut. Comme logiciels, on peut citer :

  • Microsoft traducteur pour Windows
  • Le traducteur Français-Anglais / Anglais-Français
  • Dictate
  • Google translate
  • Express Scribe
  • Free language translator
  • DocTranslate
  • Screen Translator