Traduction anglais français

La traduction est le procédé qui consiste à faire passer un texte rédigé, une expression ou un discours de la langue d’origine vers une autre langue appelée langue d’arrivée. Elle s’avère très importante de nos jours pour faire passer un message et le rendre accessible et compréhensible au maximum de personnes possibles. Ainsi, la traduction anglais-français s’inscrit dans ce processus en rendant accessible dans une langue, une œuvre de l’autre.

Les différentes significations de traduction anglais français

La traduction anglais-français est le fait de réécrire, transcrire et traduire en français, un texte, un contenu audio, une œuvre littéraire ou tout autre écrit originellement en anglais. C’est-à-dire qu’un texte, un discours ou tout simplement une expression en anglais est réécrit ou mis dans la langue française. La langue de départ ou langue source ou encore d’origine de cette traduction est donc l’anglais tandis que la langue cible ou langue réceptive est le français. La traduction implique donc au minimum deux langues dont l’une est la langue source et les autres sont les langues cibles. La langue source est toujours mentionnée en premier pour définir la traduction.

Le but de la traduction est de rendre accessible aux personnes ne comprenant pas la langue source, le texte ou le contenu disponible dans celle-ci. Le contenu obtenu dans la langue cible doit alors être le plus fidèle possible et faire passer le même message que celui de la langue d’origine. Pour la traduction anglais-français, il est très important qu’une personne comprenant français et non l’anglais puisse être en mesure de comprendre le contenu issu de la traduction sans ambiguïté. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple traduction mot pour mot car les structures des deux différentes langues peuvent causer une incohérence du contenu issu de la traduction dans ce cas. Il s’agira donc d’une traduction effectuée en tenant compte de la cohérence du message à faire passer, des expressions adéquates pour le faire et de leur sens dans le contenu.

De nombreux paramètres d’une langue ou de l’écriture dans une langue tels que la grammaire, le registre de langage ou encore le contexte du message sont à prendre en compte dans la traduction. Il convient alors de privilégier les traducteurs humains plutôt que les traducteurs automatiques qui peuvent se révéler moins fiables. En effet, le traducteur humain doit avoir une bonne maîtrise des deux langues concernées par la traduction. Il s’agit d’une traduction anglais-français, le traducteur doit être en mesure de comprendre et de s’exprimer dans les deux langues correctement. Cela lui permettra de fournir un contenu compréhensible et qui passe le plus fidèlement possible le message du texte d’origine. Les traducteurs automatiques bien que constamment améliorés ne sauraient être plus fiables qu’une traduction venant d’un humain qui comprend réellement la valeur du contenu qu’il doit traduire.

Le rôle de l’alphabet dans la traduction anglais-français

L’alphabet est un ensemble de signes graphiques et de symboles appelés lettres, formant un système d’écriture qui sert à la transcription des sons d’une langue. C’est en d’autres termes, une liste de toutes les lettres servant à retranscrire les sons d’une langue.

L’alphabet a connu une certaine évolution au cours des différentes époques jusqu’à aujourd’hui. En effet, son histoire remonte au deuxième millénaire avant notre ère. Il s’agissait à cette époque d’un système d’écriture consonantique par des langues sémitiques du levant. Ce système était issu de formes d’écriture pictographiques pour transcrire les sons de ces anciennes langues dont les prononciations et lexiques se ressemblaient. Ce système d’écriture, le proto-alphabet, a donné naissance à presque toutes les écritures alphabétiques du monde, dont l’anglais et le français.

 

Le proto-alphabet lui-même est issu d’une écriture dite protosinaïtique qui trouve son origine dans l’Égypte ancienne. Elle était utilisée pour la transcription de la langue des travailleurs sémitiques qui y résidaient. À la base liée aux hiéroglyphes, l’écriture hiératique, une forme d’écriture cursive a beaucoup influencé l’alphabet sémitique. Au début du premier millénaire avant notre ère, l’alphabet sémitique donna naissance à plusieurs systèmes d’écriture notamment au Moyen-Orient, en Europe, en Afrique du Nord et en Asie du Sud. Il s’agissait principalement du phénicien et de l’araméen.

En ce qui concerne les langues françaises et anglaises, l’alphabet commun qui leur sert d’ancêtre est l’alphabet latin. En effet, provenant du phénicien ancien, l’alphabet que nous utilisons de manière courante est un mixage et un mélange entre les écritures grecques, sémites et étrusques. Il s’agit d’un alphabet bicaméral (qui comprend des lettres minuscules et des lettres majuscules).

La phonétisation de l’écriture a grandement contribué à l’évolution du système alphabétique et ceci, principalement grâce à la volonté de noter les noms propres. Ainsi, les syllabes se sont retrouvées au cœur des symboles et la prononciation s’est vue totalement transformée.

La langue la plus traduite sur internet en France

L’anglais est véritablement l’une des langues incontournables de notre époque. Depuis plusieurs années, cette langue figure parmi l’une des plus dominantes où que vous soyez. Étant la troisième la plus parlée au monde, le poids de l’anglais dans le langage humain est assez justifié. Sur internet, l’anglais est la langue dans laquelle on retrouve le plus de contenus que ce soit sur les sites web ou de la part des internautes.

En France, la langue la plus traduite sur internet, c’est l’anglais. Cela a été montré à partir de résultats obtenus sur Google. Les contenus les plus traduits en français sont d’origine anglaise pour ce qui est de la langue. Cela tombe sous le sens lorsque l’on sait que l’anglais est la première langue internationale. C’est-à-dire que si vous allez dans n’importe quel pays dans le monde, vous trouverez au moins une personne qui comprend et s’exprime en anglais.  Cela fait de l’anglais, la langue véhiculaire la plus importante.

Dans plusieurs domaines notamment celui de l’informatique, l’anglais est la langue dominante. Ceci est d’autant plus vrai dans le domaine de l’informatique et d’internet car ceux-ci se sont développés autour de normes en langue anglaise (langages, adresses web, protocoles, commandes…). La majorité des documents des grands auteurs sont soit en anglais d’origine soit y sont traduits (plus que dans d’autres langues). Aujourd’hui, se perfectionner dans un domaine demande nécessairement d’avoir accès à des contenus en anglais.

L’anglais est également une langue utilisée pour un effet commercial. En effet, les entreprises souhaitant étendre leur activité commerciale à l’international ont toutes le premier réflexe de faire traduire le contenu de leurs sites web en anglais. L’anglais est donc la langue vers laquelle beaucoup de contenus étrangers sont traduits.

Le français quant à lui ne figure pas dans la liste des dix langues les plus parlées dans le monde. Sur internet, il se retrouve au bas de ce même classement c’est-à-dire qu’elle occupe la dixième place parmi les langues les plus utilisées sur le web. Et encore, le français ne parvient à garder cette place que grâce à son importance culturelle et surtout son taux d’utilisation en Afrique (francophone).

 

La francophonie joue également un rôle non négligeable sur le poids du français sur internet par l’intermédiaire des organisations officielles internationales comme l’ONU pour laquelle le français représente la sixième langue officielle. Comprendre l’importance de ces langues les plus utilisées sur internet s’avère indispensable surtout dans le monde des affaires notamment le monde des affaires international.

La langue étrangère la plus enseignée en France

Lorsqu’on étudie la manière dont l’enseignement des langues étrangères a évolué en France, on se retrouve rapidement face à plusieurs paradoxes. En effet, concernant les langues il n’y a pas vraiment de politique nationale qui régulerait l’offre d’apprentissage. Ce pays s’efforce pourtant à faire la promotion de la francophonie contre le « tout anglais » décrié pour son centralisme et pour l’interventionnisme étatique qui y règne.

Parmi les treize langues enseignées dans le pays, ce sont trois d’entre elles à savoir : l’anglais, l’espagnol et l’allemand qui sont proposés dans la plupart des établissements du second degré. On ne retrouve pas des langues comme le portugais ou l’arabe alors qu’elles occupent une place importante dans les langues présentes sur le territoire à cause de l’immigration. Des langues comme le russe, l’allemand sont également négligées au niveau de l’enseignement malgré l’importance de ces pays en Europe et pour la France.

L’apprentissage de la langue anglaise ne se fait pas de la même manière dans tous les pays où elle est enseignée. Cela dépend en effet de plusieurs paramètres comme l’importance donnée par chaque gouvernement, la culture, les modes de vie, les institutions d’enseignement, les motivations et aspirations personnelles de chaque apprenant ou encore la différence entre la méthode d’enseignement d’une région à une autre.

En France, l’apprentissage de l’anglais privilégie la maîtrise des règles grammaticales, l’écriture et le travail personnel de l’apprenant au détriment de la communication orale et de la pratique. L’école primaire est marquée par l’enseignement de seulement quelques bases du vocabulaire sans contextualisation pertinente. Durant les études secondaires et supérieures, l’enseignement est centré sur les évaluations et la réussite aux examens et moins sur la compréhension et l’expression orale.

Cela est dû à la difficulté de procurer un enseignement hautement qualifié avec des salles aux effectifs assez conséquents (plus de 30 élèves dans les classes) et des enseignants qui ne sont pas des natifs anglophones. Pourtant en Europe, il existe une forte volonté de diffuser l’apprentissage des langues qui représentent le premier vecteur favorisant le rapprochement des cultures de l’UE. Cependant, la diversité linguistique européenne voulue est un objectif qui est encore bien lointain. Et cela à cause de la domination de l’enseignement de l’anglais.

Plusieurs jeunes français majoritairement adolescents préfèrent aller faire des séjours linguistiques à l’étranger pour accroître leur expérience dans l’apprentissage de la langue. Outre les séjours linguistiques, les voyages scolaires à vocation pédagogique organisés par la plupart des établissements scolaires sont également un moyen d’insérer les jeunes apprenants dans le système de communication. Ces séjours se révèlent être d’une importance capitale pour ces jeunes tant sur le plan personnel que professionnel. Ce n’est pas seulement le fait d’apprendre la langue ou d’acquérir les compétences linguistiques mais aussi de l’acquisition d’expérience qui peut être un plus qui le différencie d’autres jeunes de son âge qui n’ont pas eu cette opportunité. Le séjour linguistique donne à l’apprenant de la confiance et lui permet de rechercher une certaine autonomie.

 

Le séjour linguistique est tout simplement l’immersion de l’apprenant dans un pays étranger dans le but d’avoir une expérience enrichissante en touchant du doigt les réalités de la langue. Il fait du bien sur le plan personnel, émotionnel et permet l’ouverture d’esprit à une nouvelle culture, d’autres moyens de s’exprimer et de nouvelles habitudes inhabituelles qui peuvent rendre enthousiastes. Pendant votre séjour linguistique, vous pouvez loger chez une famille d’accueil ou alors dans une résidence étudiante avec d’autres étudiants étrangers. Si vous êtes seul, il convient de bien préparer votre voyage et d’effectuer un programme succinct de votre séjour.

La famille d’accueil est cependant recommandée pour une immersion totale dans la culture, les mœurs, les manières de faire et de s’exprimer des résidents du pays dont vous souhaitez apprendre la langue. Si vous êtes plutôt en voyage pédagogique, alors pensez à participer activement aux activités afin de vous faire le plus de souvenirs et d’emmagasiner assez d’expérience qui vous sera utile plus tard.

L’assimilation d’une langue étrangère sera plus facile si l’enseignement est reçu très tôt. Dans le cas contraire, il devient plus difficile d’apprendre à retenir et d’appliquer ce qu’on a appris sur le long terme. C’est ce qui explique le fait que l’on constate chez les jeunes, beaucoup de lacunes liées à la compréhension et à l’expression orale pourtant essentielles à la communication. D’où la nécessité d’enseigner les langues aux enfants dès le bas âge. C’est à ce moment-là qu’ils sont en effet plus susceptibles de bien assimiler ce qu’ils vont apprendre.

À partir de l’âge de 7 ans déjà, vous pouvez emmener un enfant faire un séjour linguistique. Avec un encadrement rigoureux, des cours de langues, des activités culturelles et sportives et d’autres activités qui vont amener les petits à se familiariser avec ce nouvel environnement, vous vous assurez de donner aux enfants un atout qui leur sera utile au cours de leur évolution dans l’apprentissage de la langue

 

Articles complémentaires :

Traduire anglais français : un atout sur le marché de l’emploi